AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Il a braqué la banque ! Arrêtez le ! (Pv Adam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
— CRIMES RÉSOLUS : 11
— LIEU D'HABITATION : Dans le coffre fort d'une banque
— MÉTIER : Voleur
— AMOUREUSEMENT : Seul.. qui voudrais d'un voleur ?
— O. SEXUELLE : Joyeuse !

MessageSujet: Il a braqué la banque ! Arrêtez le ! (Pv Adam) Mar 4 Mar - 17:17

Il faisait un temps superbe aujourd'hui ! Un beau soleil, le vent n'était pas trop fort, assez léger, de ce fait je n'avais pas besoin de mettre quelque chose de chaud pour sortir, c'est bon à savoir pour la suite de la journée. Je m'étais donc levé vers 8h30, un peu avant ou après je sais plus, je sais juste qu'il y avait le 8, le reste des chiffres étaient trop flous pour moi. J'avais mal digéré la cuite d'hier soir. Bref, on s'en fou de ça. Je m'étais levé, avait mis une belle chemise noire, puis après m'être regardé dans la glace, je l'ai enlevée. Non, non c'est pas ça. C'est pas comme ça qu'il faut faire. Ah oui, je vous l'ai pas dit ? Aujourd'hui je m'en vais travailler, la banque de Londres, la plus grande banque de Londres vient d'être réapprovisionné en argent, liquide en plus ! De c fait je vais prendre trois ou quatre sacs dans mes poches pour prendre plein d'argent à la banque, je commençais à manquer de liquide. Je me dirigeais vers un book de photos pour voir à qui je pourrais ressembler le plus.. Après une bonne dizaine de minutes d'hésitation, j'avais choisi le co-directeur de la banque, uen cinquantaine d'années mais bien conservé, de ce fait j'aurais juste à me maquiller un peu, changer certains traits de mon visage et hop ! le tour est joué !

Donc, je pris mon petit déjeuné, il était 9h05, le timing était primordial dans ce genre de coups, c'est d'ailleurs pour ça que je me pressais pas. Il fallait le faire quand il y avait beaucoup de monde, c'était plus réaliste et surtout le co-directeur plongerait droit en prison sans qu'il comprenne grand chose. mais bon c'était un pourri cet homme, il avait volé beaucoup d'argent à ceux qui en mettaient dans sa banque donc, tant pis pour lui, c'est justice en quelques sortes. Je me maquillais donc, pris un costume de riche, comme j'en avais quelques uns, et sortais de chez moi ainsi, faisant attention de ne pas croiser beaucoup de monde sur le chemin. j'avais pris mon arme et me rendais à la banque.

9h57 J'étais devant la banque, et inspirait un grand coup avant d'entrer. Tout le monde faisait la queue, ici et là pour avoir de l'argent. Je fermais alors les portes et les bloquais de ma personne avant de sortir mon arme et de tirer trois fois en l'air pour que les gens aient peur déjà, objectif réussi, ils se sont tous mis à crier comme des fous, ahhhh j'ai peur ahlaalalal, bref. Deux agents de sécurité sont arrivés, mais j'ai pris soin de les mettre hors d'état de nuire.

- Mesdames et Messieurs restez calmes ! Ceci est un Hold-Up, je vous prierai de vous coucher au sol et de ne faire aucun geste brusque si vous tenez à la vie ! Merci d'avance !

Oui un peu de politesse ne faisait jamais de mal, même moi je le savais. Je m'avançais donc à la caisse et menaçait de mon arme la personne si gentille qui avait les clés du coffre. Je me souviendrais toujours de sa tête quand elle a reconnu son patron, ahahah, c'était tout simplement hilarant. Enfin bref, elle me donna le code du coffre et j'entrais dedans avant de la frapper pour qu'elle s'évanouisse. J'entrais alors vite dans le coffre et pris ce dont j'avais besoin en argent dans quatre grands sacs. A vu d'oeil, j'avais pris 1 ou 2 millions en liquide, j'allais être recherché par la police, enfin, non, pas moi, mais plutôt le co-directeur de la banque, ahahah. bref.

je resortis cinq bonnes minutes plus tard en courant de la banque, les sacs sur le dos et couru dans les rues, bousculant tout le monde. A un moment je partis dans une ruelle sombre et continuait mon périple, à gauche, à droite, à droite encore et je m'arrête. C'est a ce moment là que la magie du spectacle arrive. J'enlève le costume que j'avais mis pour le brûler et être en survêtement et tee-shirt blanc tout sale, j'enlevais le maquillage avec un peu d'eau que j'avais pris et mis de la boue à la place sur mon visage. Je mis l'argent qui étaient dans les sacs, dans des sacs poubelles que je refermais et sortis de la ruelle avec une mine sombre sans que personne ne se doute de rien, et repartis lentement mais sûrement chez moi.Le coup était presque réussi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
— PSEUDOs : Momonga, Nasty
— CRIMES RÉSOLUS : 107
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✗ Indisponible
— AVATAR : Ben Barnes
— CRÉDITS : Google, Tumblr, whatever
— DC&TC : //

— ÂGE DU PERSO : 30 ans pile poil tout rond tout beau admirez moi la courbe du 3 et l'arrondi du 0 vous ne les trouvez pas tout simplement parfait ?
— NATIONALITÉ : Irlandais pur et dur d'Irlande avec la biere, les pubs, la fête et... la mafia
— ORIGINAIRE DE : Dublin, charmante capitale vivant le jour comme la nuit avec son taux de criminalité et son doux climat... du nord
— LIEU D'HABITATION : Dans son appartement à Londres. Un bel appart spacieux et bien situé où il vit seul avec son chien.
— MÉTIER : Officiellement trader en bourse il est surtout le futur parrain de la mafia irlandaise.
— ARMES DU PERSO : C'est à vous de le découvrir, je ne vais pas dévoiler mes secrets non plus.
— AMOUREUSEMENT : Il n'a personne, attribuant sa confiance à très peu de personnes en dehors de ses parents proches. C'est certes un coeur à prendre mais surtout un coeur à panser et à aimer.
— O. SEXUELLE : Un hétérosexuel passé bisexuel après un séjour en prison. YKWIM

MessageSujet: Re: Il a braqué la banque ! Arrêtez le ! (Pv Adam) Dim 9 Mar - 23:22

Qu'il fasse beau, qu'il pleuve, qu'il neige ou que ce soit même la fin du monde, Adam n'en avait que faire, il l'aurait provoqué lui-même la fin du monde tant il était d'une humeur massacrante. Il s'était levé comme ça après une mauvaise nuit et malgré un petit déjeuner parfait et une bonne douche chaude au saut du lit, rien n'aurait pu chasser le nuage qui s'étendait au dessus de sa tête, foudroyant quiconque aurait le malheur de l'approcher de trop près sans prendre les gants nécessaires. Le seul qui était capable de se tenir près de lui sans risquer quoi que ce soit était son fidèle husky qui ne l'avait pas lâché d'une semelle depuis son réveil, comme s'il sentait qu'il avait besoin de soutien.
Bien qu'il ne se souvienne pas de ce à quoi il avait rêvé durant la nuit, il en gardait un arrière-goût amère détestable que rien ne faisait passer si ce n'est le fait de passer la main dans le poil de son fidèle compagnon. C'est sans doute ce qui le motiva à sortir le promener ce matin-là, histoire de s'aérer et de se remettre les idées en place. Depuis son séjour en prison, il n'était plus le même et les cauchemars étaient fréquents avec toujours le même sentiment d'abandon et de trahison. Vêtu d'un costume, il se détacha simplement de sa cravate avant d'enfiler une veste épaisse et des gants en cuir pour enfin attraper la laisse de son chien. Posté à la porte, l'un de ses hommes l'attendait et lui emboita le pas alors qu'il descendait les escaliers, le suivant à une distance respectable. Ce n'était pas un bon jour pour s'attirer les foudres de son patron, c'était un jour à risquer son boulot.

Dehors, le soleil brillait tant qu'il du enfiler une paire de lunette de protection avant d'aller plus avant, imité par son ombre. Il remonta le col de sa veste pour se protéger de la brise qui soufflait et prit la direction du parc le plus proche en essayant d'oublier qu'il était suivit. Certains jours cela l'importait peu, mais d'autres.. et surtout aujourd'hui, il n'était pas d'humeur à avoir une ombre. Il pressa le pas en essayant de se persuader que c'était un mal pour un bien et tira sur la laisse de son chien qui aurait préférer ralentir pour prendre le temps de renifler chaque lampadaires sur le trottoirs. Son attitude curieuse lui arrache un sourire, le premier de la journée et le husky fut récompensé d'un copieux grattouillage derrière l'oreille.
Bien que l'on soit en semaine et que l'heure n'était pas des plus matinales, le parc était assez fréquenté par des gens toujours plus pressés, regardant leur montre ou parlant au téléphone. Les Londoniens avaient vraiment le chic pour transformer chaque endroit en lieu de travail, où qu'ils soient. Il finit par s'asseoir pour observer ce ballet ridicule en écoutant une musique que lui seule était en mesure d'apprécier. Son ombre se tenait debout à plusieurs mètres de lui, observant chaque personne avec un air dur, les jambes légèrement écartées et les mains difficilement jointes devant lui à cause de ses pectoraux.
Adam ne l'aimait pas. Il le trouvait trop dur, trop musclé, trop stupide. Certes il obéissait, vite et bien mais c'est comme si le mot garde du corps était tatoué sur son front, il ne savait pas se fondre dans la masse et c'est ce qu'il lui reprochait. Il avait besoin de se fondre dans la masse, pas de crier sur tous les toits j'ai de l'argent et on me cherche souvent des noises. Pendant l'espace d'un instant, il songea à le semer en route, une idée qui le séduisit et lui donnait la possibilité de le virer pour faute.

Il sauta sur ses pieds, imité par son chien et son ombre et prit le chemin de la grande avenue. Celle qui passait devant la Banque d'Angleterre. Il aimait beaucoup cette avenue, notamment parce qu'elle fleurait bon l'argent. Par le plus grand des hasards, alors qu'il venait de passer devant et qu'il l'avait pourtant laissée plusieurs centaines de mètres derrière moi, son alarme retentit sans qu'il n'y soit pour rien. Il se retourna pour voir ce qui provoquait toute cette agitation quand il fut brutalement bousculé par un homme visiblement pressé de vaquer à ses occupations. C'est du moins ce qui aurait pu paraitre à tout œil non averti mais comme dit plus haut, il avait du flair pour l'argent.
D'un signe de la main, il indiqua à son ombre de le suivre ce qu'il fit sans discuter, sans doute trop heureux de s'éloigner du nuage qui se détériorait au dessus de la tête de son patron. Tirant sur la laisse du chien, il se mit à trotter pour suivre cet homme visiblement en cause dans tout ce chaos, plus parce qu'il venait de commettre l'erreur de le bousculer que par curiosité ou goût pour l'argent, ce dernier point étant plutôt un petit bonus qu'il s'accorderait.
Son chien , trop heureux de courir, le tira, le faisant ainsi accélérer. Il finit par rattraper son ombre à l'entrée d'une ruelle sombre, ce dernier affichait d'ailleurs une mine toute aussi sombre. D'un hochement de tête, il lui signifia qu'il avait vu l'homme entrer dedans. Adam s'apprêtait à le faire entrer quand un homme de piètre allure en sorti, armé de sacs poubelles. Il le regarda passer sans rien faire, reportant son attention sur la ruelle d'où il était sorti avant de marquer une pause. Cet homme sentait trop bon pour être un sans-abris. Il tourna brusquement la tête vers lui et fit signe à son homme de main de le ramener dans la ruelle où il les attendraient.

Avec l'efficacité de son ombre aussi rapide qu'une ombre.. il n'eut pas à attendre longtemps. Il avait choisit une place de choix sur un tas de caisse près desquelles un reste de vêtements fumait doucement. Bien que la ruelle soit assez sombre, il garda ses lunettes et se composa un visage impassible en les entendant arriver. Il était presque sûr qu'il s'agissait de l'homme qui avait cambriolé la banque quelques minutes plus tôt, et dans le cas contraire, ce ne serait qu'un ivrogne mal embouché auquel il n'aurait même pas besoin de présenter des excuses. De toute manière, il détestait présenter des excuses. Dans tous les cas, l'homme ne risquait pas d'échapper à Borel... car tel était le nom de son homme de main et si une scène avait eu lieu à découvert dans la rue, qui se serait offusqué de voir un clodo un peu secoué par un gros bras ? Les grandes villes avaient de nombreux avantages.
En le voyant face à lui, il devait reconnaitre que le déguisement était frappant. Si ce n'avait été à l'odeur, il n'aurait pu faire le rapprochement entre l'homme qui l'avait bousculé et celui-ci. S'il y a quelque chose de difficile à imiter, c'est bien l'odeur corporelle. Il le fixa sans rien dire pendant de longue minutes, le jaugeant d'un air méprisant avant de lâcher sèchement.

Où courriez-vous donc comme ça, mister burglar ?

D'un signe de la main, il indiqua à Borel de se saisir des effets impersonnels de l'homme. Peut-être que s'il se montrait intéressant et à la hauteur, il pourrait repartir avec une partie de ce que contenaient les sacs poubelles, mais seulement si.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Il a braqué la banque ! Arrêtez le ! (Pv Adam)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pourquoi la PNH arrête-t-elle des bouzins quand des bandits occupent la rue ?
» Arréter une diarrhée
» Arrêter le temps...
» Côte d'Ivoire : Laurent Gbagbo arrêté
» [Mairie] Mende : arrêtés municipaux en application

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I AM SHER—LOCKED. :: London City. :: Quartier ouest.-