AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
— PSEUDOs : Aspho
— CRIMES RÉSOLUS : 60
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
— AVATAR : Liv Tyler
— CRÉDITS : moi and bazzart
— DC&TC : pas pour l'instant

— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— NATIONALITÉ : anglaise
— ORIGINAIRE DE : Oxford
— LIEU D'HABITATION : Londres, le manoir de son oncle au beau milieu du quartier le plus huppé de Londres
— MÉTIER : officiellement aucun
— ARMES DU PERSO : sérieux? et bien à part ses beaux yeux pas grand chose....
— AMOUREUSEMENT : comment aimer? Comment aimer et créer du lien sachant qu'à tout moment un être cher peut vous être arraché? Et alors vous vous retrouvez dépossédé de tout, de votre âme, et de votre vie entière. Pour aimer, il faut se reconnaitre. Mais qui est véritablement Asphodèle?
— O. SEXUELLE : j'ai toujours considéré les deux avec autant de bienveillance : les hommes, les femmes....ce sont des êtres humains

MessageSujet: Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque Dim 6 Avr - 13:10


Asphodèle Pandora Fauvel
« But I’m only human and I bleed when I fall down »

Moi, je suis...

Nom&Prénom? Asphodèle Pandora FauvelϞ Âge? 27 ans et toutes ses dents Ϟ Métier? officiellement? légume en boite, officieusement : petit cerveau derrière l'Organisation criminelle familiale Ϟ Situation Amoureuse? célibataire Ϟ Nationalité? anglaise Ϟ Lieu&Date de Naissance? 12 février 1984, Oxford Ϟ Aime? la musique, le piano, les humains en général Ϟ Déteste? se prendre les pieds dans le tapis, se prendre une joyeuse correction par son oncle...les ananasϞ Dominant ou Dominé? c’est une femme donc euh….bah…. Ϟ Peur(s)? avoir véritablement perdu l'esprit Ϟ Groupe? habitants


Tout sur toi.


Hypermnésique— aucune logique verbale— Intuitive— la métacognition et elle font deux cent — altruiste — maladroite— intelligente — peu d’estime de soi — aucune rationalité-
»Si être une bonne personne signifie ne jamais blesser personne, alors je ne le suis pas. Car énormément de personnes ont pleuré à cause de moi. Je leur ai causé du souci. Enormément de soucis. Et je n’ai jamais pu comprendre pourquoi, et je n’ai jamais réussi à me changer. Cependant, au fond de moi, je souhaiterais les voir sourire, les voir heureuses. Chaque personne sur terre aurait droit à son petit moment de bonheur, à n’avoir ne serait ce que l’envie de sourire. J’aime les gens. Cela ne se voit pas, mais je les trouve tous….si beaux et fascinants. Même dans ce qu’ils sont de plus révoltants. Je continue de les aimer pour leur beauté secrète. Si être une bonne personne signifier souhaiter du bien et dire du bien des autres, alors je le suis. Sinon, classez moi ou vous voulez ».
Asphodèle  est étrange. Ce qui la caractérise c’est l’étrangeté. Elle s’habille de façon peu conventionnelle, il est presque impossible de savoir si elle est homme ou femme, elle se revêt d’un ensemble de vêtements très soignés mais qui n’ont l’air de n’avoir rien à faire ensemble, ce qui lui donne l’air décalée.  On ne peut pas dire qu’elle soit très expressive de nature. Seuls ses yeux traduisent une quelconque émotion. Et en réalité quand vous la cotoyez tout les jours, vous avez l’impression qu’elle est complètement folle.  D’ailleurs tout son entourage vous le dira qu’elle n’a plus toute sa tête. Qu’elle ne comprend rien, et qu’elle a perdu toute raison, que sa seule obsession est de jouer du piano, et quand elle se met  à danser en de longs  mouvements lents  et  gracieux en plein milieu d’une conversation vous vous demandez pourquoi elle n’est pas à l’asile. Souvent, son corps est là physiquement, ses yeux semblent vous regarder, mais son esprit est ailleurs. Et ce qui est légèrement effrayant, c’est de savoir quel est ce « ailleurs ». Quand elle sort de sa léthargie profonde, elle se met souvent à dire des propos incohérents pour toute personne sensée. Elle devient plus nerveuse, elle peut élever la voix, ses gestes sont désordonnés. Puis elle ferme les yeux, s’assoupit et quand elle se réveille tout redevient à la normal.  Quand vous lui parlez et qu’il semble revenir à la « normale », vous découvrez alors un être d’une extrême douceur et gentillesse. Elle vous répètera lentement les phrases sans queue ni tête. Mais derrière cette folie de façade se cache la vraie Asphodèle. Une esthète qui vous parlera de la beauté du monde, de votre propre beauté et de l’admiration qu’elle éprouve pour vous. Quelqu’un d’extrêmement sensible, qui perçoit tout, de façon trop intense, et qui pour s’en protéger s’est crée un monde intérieur où elle ne peut être qu’authentique qu’à l’intérieur de cet espace immatériel. Et vous découvrirez qu’elle vous offre son amour sans que vous ne lui ayez rien demandé. Il ne s’agit pas d’un amour possessif, au sens où elle vous désirera auprès d’elle mais d’un amour altruiste, qui ne vous souhaitera que du bonheur. Car Asphodèle rayonne quand vous même vous vous épanouissez. Elle éprouve une telle empathie pour vous, qu’on dirait qu’elle vit à travers vous. Et pour cela, votre bonheur est primordial. Vous découvrirez qu’elle se souvient absolument de tout. De chaque détail, et qu’au contraire, elle est très raisonnée et elle a bien conscience de ce qu’il se passe autour d’elle
Mais c’est une observatrice constante. D’ailleurs, elle est le spectatrice de sa propre vie. Elle ne s’y investit pas, elle joue un rôle. Pour sa propre survie. Elle subit les choses sans montrer pourtant des expressions de souffrance ou de tristesse. On peut lui faire n’importe quoi de cruel, elle semble ne rien ressentir du tout. Comme si son esprit était déconnecté de son corps. ELlevous sourira, vous demandera si vous avez fini, et si elle peut s’en aller. Comme si rien ne la concernait. Alors qu’au fond, elle brûle à petit feu. Comprenez bien ,c’est une bête en cage, qui derrière ce masque de folie tente vainement de se protéger de tout ce qu’on lui demande de faire. Si elle n’avait pas ce petit don, cette intuition étrange qui fait qu’elle est le meilleur cerveau possible pour anticiper les actions des autres, elle aurait sans doute pu être une fille équilibrée, mariée et personne n’aurait voulu se servir d’elle.  A cause de la situation familiale complexe où elle est plongée, elle a peur des émotions positives, car elle les ressent de façon trop violente  et elle sait qu’elle va les perdre: les démonstrations d’affection lui paraissent insupportables. Qu’on lui dise qu’on l’aime, qu’on tient à elle, elle a le cœur brisé, elle criera, vous rejettera. Car après elle sait qu’elle souffrira quand elle se retrouvera seule.  Elle a une estime d’elle même ravagée et de plus elle se connaît très peu, elle se perd à force de jouer la comédie. Quelque fois, elle pense même qu’elle est un garçon. Puis, elle réfléchit, et il finira par raisonner pour conclure qu’elle est sûrement  « femelle». Puis elle haussera les épaules et s’extasiera sur un tableau. Elle est très sensible aux objets, elle leur attribue même une âme, ainsi qu’aux animaux. Sa connaissance d’elle même est si faible, qu’elle serait incapable de vous dire, sa  couleur préférée, si elle aime manger des tomates, ou si elle a peur de l’orage. Les questions la font tomber dans une totale perplexité. Tout ce qui est constitutif de sa personnalité, vous le découvrirez dans les faits. Vous verrez qu’elle passe énormément de temps à jouer du piano, à jouer contre elle même aux échecs, qu’elle se perd dans la contemplation des paysages, et qu’elle grimace quand on lui propose de l’ananas sans pour autant renoncer à absorber cette substance. Si vous analysez quelque peu ce qu’elle chante, vous comprendrez que c’est l’unique moyen de savoir ce qu’elle ressent véritablement, car les paroles qu’elle prononce sont toujours représentatives de son intériorité. Ce qui est le plus étonnant, c’est qu’Asphodèle dispose d’une énorme clairvoyance pour ce qui est le cas des autres.  Elle ignore comment elle arrive  à déduire les évènements mais elle sait ce qui est possible de se produire et fait très peu d’erreur. Ses conseils sont judicieux, et elle peut prévoir des événements grâce à son mode de raisonnement particulier, alors que le reste du temps, ses paroles n’ont strictement aucune cohérence. Ses paroles sont toujours obscures, pleines de références étranges, et son discours vous paraitra souvent incompréhensible…mais cherchez bien…Asphodèle ne dit jamais rien au hasard.  font>



Derrière l'écran ?

Ton nom&pseudo? Vivi Ϟ Age? 22 Ϟ Ce que tu aimes dans la vie? la vie....o.o et le rp  woooow !  Ϟ Série(s) Préférée(s)? sherlock, doctor who, hannibal, heroes...plein d'autres.... Ϟ Ta présence? ça dépend mais au moins 4 fois par semaine Ϟ Ce que tu penses du forum? magnifique ^^ Ϟ Comment as-tu connu le forum? maintenant j’ai google /PAN Ϟ Un truc en +?  Japan Attack  .



Dernière édition par Asphodèle P. Fauvel le Dim 6 Avr - 15:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
— PSEUDOs : Aspho
— CRIMES RÉSOLUS : 60
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
— AVATAR : Liv Tyler
— CRÉDITS : moi and bazzart
— DC&TC : pas pour l'instant

— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— NATIONALITÉ : anglaise
— ORIGINAIRE DE : Oxford
— LIEU D'HABITATION : Londres, le manoir de son oncle au beau milieu du quartier le plus huppé de Londres
— MÉTIER : officiellement aucun
— ARMES DU PERSO : sérieux? et bien à part ses beaux yeux pas grand chose....
— AMOUREUSEMENT : comment aimer? Comment aimer et créer du lien sachant qu'à tout moment un être cher peut vous être arraché? Et alors vous vous retrouvez dépossédé de tout, de votre âme, et de votre vie entière. Pour aimer, il faut se reconnaitre. Mais qui est véritablement Asphodèle?
— O. SEXUELLE : j'ai toujours considéré les deux avec autant de bienveillance : les hommes, les femmes....ce sont des êtres humains

MessageSujet: Re: Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque Dim 6 Avr - 13:14


This is my life
« Do you know? Do You get? . »

I. This is the start.

Si Asphodèle vous racontait son histoire aujourd’hui, elle vous dirait qu’elle est née abeille. Qu’elle était jaune, toute jaune, avec de belles ailes et qu’elle butinait de ça et là de fleur en fleur, sur le plafond de sa chambre. Quelque fois, elle redescendait pour se poser au milieu des jouets. Mais les jouets étaient immenses, par rapport à elle ! Alors, elle ne pouvait les manipuler car ils étaient trop lourds…et puis elle était une abeille…elle n’avait pas de mains…ensuite, elle s’est transformée en soldat..En petit soldat de plastique, avant de prendre la forme d’un poupin adorable aux boucles dorés….Et alors, des années se sont écoulées et elle a quitté toute forme humaine, elle est devenu esprit, pur esprit….qui prenait la forme qu’elle souhaitait quand elle souhaitait…elle a découvert un monde nouveau, elle s’est découverte sylphide. Quand son oncle la rencontra, elle est redevenu un fille…une fille sylphide, divinité des airs….Et cela n’a pas changé depuis…

En réalité, l’abeille s’appelait Myrtille et c’était le doudou que ses parents lui avaient offert. Asphodèle se souvient de toute sa petite enfance sous la forme de la petite abeille. Car elle la traînait toujours avec elle. Myrtille et elle ne formaient plus qu’un.  En tant qu’hypermnésique, elle pourrait vous raconter exactement comment ses jouets étaient disposés dans sa chambre, et à quoi elle passait ses journées à butiner de ça et là. A la maternelle, elle était un très gentille petite fille, sage et calme avec son doudou serré contre elle. Elle regardait le monde avec de grands yeux. Mais elle ne parlait pas. Elle parla très peu à vrai dire dans les années qui suivirent. Mais quand elle décida enfin d’ouvrir la bouche, en sortit une élocution claire et très mature. Elle était du genre introvertie. Dans une grande ville comme Oxford, il y en avait des centaines comme elles. Elle appréciait le jeu de sa mère quand celle ci s’installait au piano dans le salon, et la voix de ténor de son père qui se lançait dans des récitals quand son épouse se mettait à jouer.  Son père n’était pas musicien, il était à la tête d’une grande entreprise pharmaceutique, mais il adorait la musique. Ses parents étaient passionnés de la France, et ils lui apprirent énormément de choses. Notamment l’histoire de France, et sa musique. Ravel, Debussy…. Elle écoutait, attentive, des heures durant, jusqu’à ce qu’elle s’endorme épuisée. Elle ne se souvenait pas alors qu’on la portait pour aller dormir. Ce n’était que lorsqu’elle gagnait le monde des songes que sa mémoire était comme « court-circuitée ».  Elle ne faisait pas de vague à l’école pendant ses première années de primaires. Ses résultats restaient corrects, sans plus, mais elle aimait dessiner des clés de sol dans la marge de ses copies. Elle adorait la musique. C’était comme respirer. Elle avait une mémoire folle pour tout ce qui touchait au musical. Elle retranscrivait tout au piano à l’oreille, elle  chantonnait les symphonies que sa mère écoutait à la maison. Sa « petite voix d’ange » comme disait sa mère. Elle adorait se lover contre elle le soir, pendant qu’elle lui racontait des histoires. Cendrillon ,Peter Pan, le livre de la jungle, elle connaissait tout par cœur. A ses 8 ans, elle eut un frère adoptif Le petit Alexandre. Elle n’avait pas compris à son âge qu’Alexandre était le fils illégitime de son père. A vrai dire, elle l’aima tout de suite. Ses petites bouclettes ravissantes, ses manières vives et joyeuses. Elle lui offrit tout de suite son affection. Si Asphodèle vous racontait cette période de sa vie, elle vous dirait probablement qu’à ses 8 ans jusqu’à son adolescence, elle était un garçon. Elle passait énormément de temps avec son demi frère. Il jouait à la dînette avec elle ou au football, au policier et au voleur…. Elle lui apprenait de nouveaux mots, elle lui expliquait comment on lisait. Elle déclinait les invitations des filles de sa classe pour jouer au foot, juste pour rester auprès de lui. Bizarrement, ses parents chouchoutèrent énormément  Alexandre. Ils le gâtèrent, trop, beaucoup trop, et celui ci eut un caractère assez imbuvable. Très égoiste, mais aussi fin et intelligent, il pensait que tout lui était dû. Il savait faire entendre sa voix, et ce fut ce caractère si fort qui balaya complètement Asphodèle. Elle vivait à travers lui, par sa voix. Elle, tout le monde l’oubliait. Sa mère ne venait plus la border le soir. Elle était complètement invisible, effacée….On ne la remarquait jamais, dans la rue, on la bousculait sans la voir. Ce n’était plus son imagination : elle n’avait vraiment pas de corps, pas de matière corporelle puisque tout le monde passait devant elle sans la voir. La petite fille finit par se désintéresser d’elle même. Et puis il y eut ce climat familial tendu, des visites ponctuelles et menaçantes d’inconnus envers son père. Une pression nerveuse qu’il subissait et qu’elle captait sans même s’en rendre compte. Elle se mit à avoir quelques problèmes de motricité. Pas de motricité fine, elle restait une virtuose du clavier, mais elle n’évaluait plus bien les distances. Elle se cognait, marchait trop vite ou trop lentement, et faisait fréquemment tomber les choses. Elle  ne haïssait pas son frère, bizarrement, elle l’aimait de la façon la plus bienfaisante qui soit. Et elle se perdit dans son monde intérieur. A la rentrée, au collège, elle eut énormément de mal à s’adapter au changement de rythme. Elle avait quelques amis avec qui elle traînait avant de rentrer. Elles jouaient aux cartes et avec des poupées. Asphodèle serait incapable de vous dire aujourd’hui si elle aimait ces activités. Tout lui paraissait si lointain…comme dans un rêve. Elle avait du mal à s’accrocher à la réalité, c’était dix fois plus dur pour elle que de se laisser immerger dans ses rêveries profondes. Elle devenait le capitaine d’un vaisseau pirate, l’aventurier valeureux et sans peur….ou alors elle prenait du papier à musique et elle composait….petit à petit, elle se coupa du monde. Son visage restait inexpressif tandis que le monde continuait de vivre mais elle ne le regardait pas. Et quand elle daignait y jeter un coup d’œil, elle était transportée par chaque petit détail, chaque différence de lumière sur le mur, ou l’intensité du soleil…Cela s’aggrava à ses 13 ans. Il y eut la séparation de ses parents. Son petit frère fut pris en charge par son paternel, et elle resta avec sa mère qui déménagea au Birmingham. Sans Alexandre, sans son père, elle n’avait plus de repère, plus aucun. Au collège, ses résultats déjà peu brillants, chutèrent complètement. Ce n’était pas le problème de la langue ou même de se rappeler des leçons, elle se rappelait de tout, exactement de tout.  Simplement… quand son frère avait quitté la maison, elle était partie avec lui. Elle s’était vue, main dans la main avec Alexandre. Alors, elle n’était plus là. Vraiment plus là. Ses professeurs commencèrent à s’énerver contre elle, trop tête en l’air, rêveuse, jamais sur terre. Ses absences commençaient à devenir inquiétantes. On commença à prononcer le mot d’ »épileptique ». Sa mère fut convoquée, mais elle avait déjà beaucoup trop de choses à faire, avec son travail pour vraiment prendre le cas de son fille au sérieux. Elle était médecin. Elle rassurait le personnel du collège en assurant que sa fille  n’était pas malade mais que cela faisait partie de son caractère, qu’elle avait toujours été ainsi, mais qu’elle ferait en sorte qu’elle travaille mieux. Sa crédibilité ne fut pas mise en cause.

Cette période intense de dépression fit que par la suite, Asphodèle comprit qu’elle ne pouvait plus s’attacher aux autres. Que c’était mauvais pour elle, pour son intégrité physique. Elle composait de plus en plus de chansons au piano. Ses chansons disaient tout ce qu’elle même n’osait pas accepter. Ses chansons, c’étaient sa voix, et si elle avait eu l’intelligence de les analyser, elle aurait eu un retour sur ses propres émotions et sentiments. Ce fut naturellement que malgré sa tristesse, Asphodèle entra au conservatoire de Londres. Sa technique pianistique était admirable. A l’école, elle eut plus de difficulté, c’est pourquoi sa mère la retira pour lui faire suivre des cours par correspondance.  



II. This is the end.





A ses 15 ans, la venue de son oncle changea son monde. Bizarrement, ce fut très positif pour elle qu’il vienne ainsi sans crier gare…même s’il amenait une très mauvaise nouvelle car son père était mort. Assassiné. C’était un homme cultivé, plus âgé que sa mère et qui vit exactement ce que les autres n’arrivaient pas à voir chez elle.
Son hypermnésie et sa capacité à anticiper les événements.
James Fauvel vit derrière la musicienne introvertie, quasiment autiste, une jeune femme pleine de capacités. Il se mit à parler avec elle. A lui parler sans chercher à vouloir lui faire dire ce qu’elle ne voulait pas dire. A force, Asphodèle se mit à se confier à lui. Elle lui parla. De millions de choses. De tout ce qu’elle avait lu, écouté, du monde qui l’entourait, du fait que la boulangère du centre-ville finirait par plier boutique dans trois mois exactement, qu’il y avait exactement 12 vélos parqués derrière la gare, et que la musique de Beethoven était la plus sensible à son cœur. Il l’encouragea dans ses études musicales. Elle finit par s’extérioriser. Elle se mit à parler aux autres, avec cette douceur et gentillesse naturelle. Elle aimait aider les autres, la plupart des problèmes quotidiens lui paraissaient totalement saugrenus. Elle était heureuse, pleinement heureuse à présent. Elle vivait. Son oncle l’emmenait souvent à l’opéra. Il était riche. Après tout c’était lui qui avait repris l’entreprise familiale.

Parlons un peu de cette entreprise voulez vous. De façade pharmaceutique, elle n’avait pour but que de cacher des trafics d’armes et de drogue. Rien de très beau. Cela faisait plus de 20 ans que la famille Fauvel trempait dans des affaires louches. Et James pensait bien que la petite Asphodèle pouvait lui être utile. Après son baccalauréat, il se mit à la tester. Il lui posait des questions innocentes, des situations hypothétiques pour voir comment elle réagirait et comment elle raisonnait surtout. De tout cela, il en tira une chose et unique : Asphodèle ne semblait avoir aucune connaissance de ce qu’il se tramait dans sa tête quand elle exécutait ce type d’exercices mais une chose était certaine, elle trouvait toujours la meilleure solution. Et cela sans s’en rendre compte, sans savoir comment elle faisait pour éliminer les autres probabilités.


- Mais pourquoi penses-tu qu’il est préférable d’opter pour ce parcours là plutôt que l’autre ? demandait- James.
- Je n’en sais rien, mais c’est le bon, c’est certain.

Et elle avait en effet raison. Asphodèle trouvait les exercices amusants, car elle n’imaginait qu’elles pouvaient s’appliquer dans la réalité. Elle était d’une certaine manière innocente. Tout ce qu’elle voulait faire c’était jouer du piano et éviter de casser des objets, car elle avait toujours ces problèmes de motricité. Elle se mit à se produire à ses 22 ans dans des salles de concert. Son jeu très fin, léger attirait un public particulier. James finit par l’inviter à vivre chez lui, dans son immense demeure dans le quartier huppé de Londres, car son activité musicale lui demandait de rester dans la capitale. Sa mère, elle, était partie à Birmingham, suivant son nouvel amour. Quand elle ne travaillait pas son instrument, la jeune femme aimait se promener dans les parcs ou en forêt. Quand elle se retrouvait dans ces lieux naturels, ses problèmes d’équilibre, de motricité disparaissaient comme par magie. Elle se sentait plus sylphilde que jamais. Elle aimait aussi la compagnie des gens de son âge, elle eut ses premières expériences sexuelles qui ne lui déplurent pas. Mais ces jeux de jeune adulte ne durèrent pas, car son oncle finit par lui mettre complètement le grappin dessus et le plongea au cœur de ses affaires. Asphodèle devait celle qui devait tout parachever dans les plans de son organisation. Elle devait veiller à ce que rien ne puisse filtrer, à prévoir les failles de leur système de sécurité et d’anonymat. Il la plongea dans ce monde noir, qui bien sur ne convenait pas du tout à la jeune femme, fragile émotionnellement. Et la dose de travail qu’il lui donnait était au dessus de ses forces. Elle ne trouvait presque plus le temps de travailler son piano. Or la musique, c’était toute sa vie. Les meurtres, les tortures, elle était au courant de tout cela, et elle était révoltée. Quelque fois elle assistait à cela. Au début, elle se rebella. Elle se rappela de la sinistre correction que son oncle lui infligea pour avoir osé émettre l’hypothèse de partir. Cela recommença plusieurs fois. Et puis…trois ans plus tard, elle n’eut plus le courage de relever la tête. Les coups l’indifféraient un peu. Elle commençait doucement à repartir dans son monde. Et elle se travestissait en garçon. Elle s’était coupée les cheveux, brûlant le reste de sa toison noire. Quand elle avait des soirées libres –mais toujours surveillées- elle s’amusait à jeter le trouble sur son genre. Et cela devint une habitude. Fille ? Garçon ? Elle ne répondait jamais à la question. Son caractère androgyne faisait que les gens se troublaient en la voyant. Finalement, elle même ne sut plus très bien où elle se situait. Elle aimait être un garçon, pour cette impression illusoire de liberté que cela lui procurait. Mais ces divertissements ne permettaient que de cacher momentanément la situation insupportable dans laquelle elle se trouvait. Quelque fois elle observait les gens autour d’elle, ces gens riches qui avaient du pouvoir. Elle se demandait si appeler à l’aide lui permettrait de sauver sa situation. Bénéficierait elle de la protection pour témoins ? Elle semblait si peu efficiente….Et puis le Gouvernement,  n’était ce pas exactement le même système mafieux mais transposé avec des valeurs quelque peu différentes ?

Un soir, alors que la pluie battait contre les vitres du manoir de son oncle, elle analysa sa situation de longues heures durant, immobile sur le tabouret du piano, les yeux dans le vague. Elle voulait à tout pris quitter cette maison où elle se sentait prisonnière, cette vie qui ne lui ressemblait pas. Mais elle était irremplaçable aux yeux de James. Qu’elle tente de se tuer ou pas, il ne comprendrait jamais à quel point, il la faisait souffrir. Et si elle s’enfuyait, si elle fuguait réellement, il pourrait même la tuer. Ou alors ils la rattraperaient et elle passerait vraiment un sale quart d’heure. Elle ne pouvait pas se permettre de falsifier ses diagnostics car il comprendrait tout de suite qu’elle se jouait de lui.  Elle ne trouva plus d’autre solution que de jouer la folie, pour avoir un peu de répit. Cela marcha au dessus de ses espérances. Certes, au début, James crut qu’elle simulait, mais elle le fit avec tellement de conviction, elle s’investit tellement dans son personnage d’être complètement déglinguée, que James commença à cesser de la harceler moralement. Il allégea son travail. Il la laissa même reprendre le piano. Il crut avoir définitivement « cassé » cet esprit brillant. Cependant, il continue aujourd’hui de la consulter pour certains dossiers épineux, et Asphodèle se prête au jeu avec précaution. Car elle sait que si jamais elle devenait vraiment incapable de lui fournir le moindre résultat, elle n’aurait plus de valeur à ses yeux, et il l’éliminerait. Confinée dans ce manoir, où elle a tout ce qu’elle veut matériellement, ne pouvant sortir que rarement, il lui arrive de se lancer dans des petites escapades folles, où elle agit de façon impulsive. Ses petites amourettes hasardeuses rendent furieux son oncle, car elle échappe pendant ces heures à la surveillance de celui-ci, mais c’est bien l’une des seules choses qui lui donne l’impression d’être encore vivante. Ou alors elle aime simplement errer au clair de lune, et être elle même pendant quelques précieuses heures, sans avoir  à se cacher derrière ce masque de folie. Mais au fond, elle le sait, elle est enfermée dans cette cage dorée et elle ne pourra jamais en sortir.
Un beau lundi de mai, le soleil caresse le visage d’Asphodèle. Elle se réveille, au fond d’elle, elle entend quelque chose. Un battement de cœur. Ténu , presque inexistant. Elle se lève pour aller dans la salle de bains. Ses yeux se posent sur le calendrier mural. Elle fronce les sourcils. De nouveau, elle compte les jours. Plusieurs fois de suite. Sa main se pose sur son ventre. De nouveau, elle crut entendre quelque chose. Son cœur s’arrête de battre. Serait ce possible ?  



Dernière édition par Asphodèle P. Fauvel le Dim 6 Avr - 19:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque Dim 6 Avr - 15:27

Bienvenue parmi nous sur ce forum! Excellent choix d’avatar soit dit en passant In Love Liv Tyler tout de même *o*

Si tu as des questions ou quoi que cela soit n’hésites pas à contacter les membres du staff par mp ou alors sur la chatbox ~

Sinon je te souhaite bonne chance pour le reste de ta fiche? À moins que tu ne l’aies déjà terminé? O-O




Dernière édition par Aaron Stevens le Dim 6 Avr - 16:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
— PSEUDOs : Aspho
— CRIMES RÉSOLUS : 60
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
— AVATAR : Liv Tyler
— CRÉDITS : moi and bazzart
— DC&TC : pas pour l'instant

— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— NATIONALITÉ : anglaise
— ORIGINAIRE DE : Oxford
— LIEU D'HABITATION : Londres, le manoir de son oncle au beau milieu du quartier le plus huppé de Londres
— MÉTIER : officiellement aucun
— ARMES DU PERSO : sérieux? et bien à part ses beaux yeux pas grand chose....
— AMOUREUSEMENT : comment aimer? Comment aimer et créer du lien sachant qu'à tout moment un être cher peut vous être arraché? Et alors vous vous retrouvez dépossédé de tout, de votre âme, et de votre vie entière. Pour aimer, il faut se reconnaitre. Mais qui est véritablement Asphodèle?
— O. SEXUELLE : j'ai toujours considéré les deux avec autant de bienveillance : les hommes, les femmes....ce sont des êtres humains

MessageSujet: Re: Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque Dim 6 Avr - 15:32

Merci beaucoup Aaron ^^ Oui j'ai un faible pour cette actrice *-* Et normalement ma fiche est terminée (*a le soin de toujours rédiger sa fiche avant de s'inscrire xD*) après s'il y a besoin de corrections, faut pas hésiter à me le dire :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque Dim 6 Avr - 15:35

Alors nous sommes deux à avoir ce faible pour cette actrice In Love

Il n'y a cependant qu'un tout petit truc. Un simple petit soulignement: Il ne faut pas mettre le spoiler dans ta fiche, mais bien à la suite du post du règlement avec ce fameux Lu & Approuvé O-O


Dernière édition par Aaron Stevens le Dim 6 Avr - 15:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
— PSEUDOs : Aspho
— CRIMES RÉSOLUS : 60
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
— AVATAR : Liv Tyler
— CRÉDITS : moi and bazzart
— DC&TC : pas pour l'instant

— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— NATIONALITÉ : anglaise
— ORIGINAIRE DE : Oxford
— LIEU D'HABITATION : Londres, le manoir de son oncle au beau milieu du quartier le plus huppé de Londres
— MÉTIER : officiellement aucun
— ARMES DU PERSO : sérieux? et bien à part ses beaux yeux pas grand chose....
— AMOUREUSEMENT : comment aimer? Comment aimer et créer du lien sachant qu'à tout moment un être cher peut vous être arraché? Et alors vous vous retrouvez dépossédé de tout, de votre âme, et de votre vie entière. Pour aimer, il faut se reconnaitre. Mais qui est véritablement Asphodèle?
— O. SEXUELLE : j'ai toujours considéré les deux avec autant de bienveillance : les hommes, les femmes....ce sont des êtres humains

MessageSujet: Re: Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque Dim 6 Avr - 15:37

Oooups ^^" oki master j'édit et je vais poster ça de suite :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

DUM SPIRO SPERO ♦ CRIMINEL
avatar
— PSEUDOs : Artichaud
— CRIMES RÉSOLUS : 111
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✗ Indisponible
— AVATAR : Richard Armitage
— CRÉDITS : Artichaud

— ÂGE DU PERSO : Quarante-Trois ans, dont Sept années passées en Enfer.
— NATIONALITÉ : Anglais, bien que cela l'exaspère. Appartenir à la Couronne alors que celle-ci l'a abandonné lui donne envie de vomir.
— ORIGINAIRE DE : Londres. Comme si il avait eu beosin de revenir sur ce spas, s'enfermer de nouveau alors qu'il était enfin libre.
— LIEU D'HABITATION : Il habite Londres, plus précisemment Oxford Street, cette grande avenue qui mène jusqu'à Picadilly Circus, pleine de bruits et de gens, comme pour couvrir le vacarme dans sa tête.
— MÉTIER : Gérant d'un club de Tir Huppé, Bras droit à plein temps du Criminel Consulant bien que le recel d'arme et la disparition de corps soient également de son ressort.
— ARMES DU PERSO : Un sniper, une arme de précision qu'il maîtrise à la perfection. Il ne rate jamais sa cible.
— AMOUREUSEMENT : Son inclinaison va à Moriarty, tout comme son allégeance. Mais ne lui parlez pas d'amour.
— O. SEXUELLE : Bien qu'il ne soit pas insensible à certain charme féminin, il a une nette préférence pour la gente masculine, surtout lorsque cette dernière s'appelle James Moriarty.

MessageSujet: Re: Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque Dim 6 Avr - 16:40

Re-bienvenue et puis, c'est vrai que Liv Tyler quoi Bave

_________________
In your head, they are crying.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque Dim 6 Avr - 17:15


Tu es validé, Asphodèle !
« bravo, bravo et encore bravo ! »


Ϟ Avis sur la fiche.

Je tiens à dire avant toutes choses. Mais quel personnage viens-tu de nous créer là! Je dois dire que je l’aime bien, car elle sort de l’ordinaire, et est assez originale dans son genre, et dans sa complexité. Un personnage qui me hâte de voir évoluer et découvrir plus amplement O-O Je n’ai rien à redire sur ta fiche, elle me semble bien complète  Yaaay  Je suis donc très heureux de t'annoncer que tu es validé, Asphodèle ! J'espère que tu t'amuseras bien ici, parmi nous ! N'hésites pas à contacter le staff aux besoins !  Héhé... <3  

COOL, J'SUIS VALIDÉ !
... Mais, et maintenant ?

Maintenant mon brave, je t'invite à te créer une relationship ici ; c'est conseillé pour te dépatouiller des relations de ton personnage ! Il y a aussi la possibilité de se créer un journal intime ici, pratique si tu veux t'occuper en attendant une réponse de ton coéquipier de RP. ici, tu pourras lister tes RPs en tout genre, encore une fois pour voir clair ! Quand à cette section, il t'est possible de passer des petites annonces comiques sur le forums, qui défileront. Ah tien, tant qu'on y pense, ça te dit, un rang ? Va y donc.

Plus sérieux à présent ; si tu a un personnage en commun avec le tien et que tu veux le proposer aux autres possibles joueurs, tu peux créer ton propre prédéfini ici ! Enfin, quant l'envie de RP te prendra, tu pourras alors te diriger par là pour faire une petite demande pour ceux qui pourraient être intéressés ! Enfin ; n'oublie pas d'aller au bottin à avatar pour dire quel est le nom de ton acteur, merci ! Cela évitera les doublons.

Maintenant, préparez vos fish an' chips et vos tea party car voilà la partie la mieux arrosée ! Je t'invite à flooder un max pour faire vivre le forum, ainsi que de jouer aux jeux ; ça ne prend que quelques secondes par jours/postes, et en plus, ça te fait grimper le nombres de messages pour d'éventuels doubles comptes !



Et voilà, je t'ai tout dit à présent. J'espère que tu t'amuseras bien parmi nous, Asphodèle... En espérant que tu survives à Londres !


Revenir en haut Aller en bas

avatar
— PSEUDOs : Aspho
— CRIMES RÉSOLUS : 60
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
— AVATAR : Liv Tyler
— CRÉDITS : moi and bazzart
— DC&TC : pas pour l'instant

— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— NATIONALITÉ : anglaise
— ORIGINAIRE DE : Oxford
— LIEU D'HABITATION : Londres, le manoir de son oncle au beau milieu du quartier le plus huppé de Londres
— MÉTIER : officiellement aucun
— ARMES DU PERSO : sérieux? et bien à part ses beaux yeux pas grand chose....
— AMOUREUSEMENT : comment aimer? Comment aimer et créer du lien sachant qu'à tout moment un être cher peut vous être arraché? Et alors vous vous retrouvez dépossédé de tout, de votre âme, et de votre vie entière. Pour aimer, il faut se reconnaitre. Mais qui est véritablement Asphodèle?
— O. SEXUELLE : j'ai toujours considéré les deux avec autant de bienveillance : les hommes, les femmes....ce sont des êtres humains

MessageSujet: Re: Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque Dim 6 Avr - 17:42

Merci à tous !!! \o/ *trop contente d'être validée, saute partout*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

DANCE, DANCE UNTIL THE END ♦ HABITANT
avatar
— PSEUDOs : — Mister Burglar. • Gin
— CRIMES RÉSOLUS : 66
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
— AVATAR : Le magnifique et talentueux Tom Hiddleston.
— CRÉDITS : tumblr & bazzart & moi.
— DC&TC : Moriarty le psychopathe, Andrew le toxicoman, Lloyd mr. la baston & David le mangeur de donuts. So many people, I can't.

— ÂGE DU PERSO : Trente trois ans, pas de quoi fouetter non plus un chat.
— NATIONALITÉ : Clive est un Anglais pure souche. Sa famille, catholique, fut toujours installée en Grande-Bretagne.
— ORIGINAIRE DE : Pour changer, ce jeune homme est originaire de Londres. On se refait pas.
— LIEU D'HABITATION : Même s'il a tout ce qu'il faut pour avoir une belle et immense demeure un peu comme le Manoir familial, Clive possède un petit appartement très douillet vers le centre ville. Et il l'adore.
— MÉTIER : Si je vous dit qu'il a toujours aimé danser, je suppose que vous vous doutez directement de ce qu'il pratique. En effet, Clive est danseur, mais aussi et avant tout Escort Boy, ainsi que strip teaseur. Pas n'importe quel danseur strip, bien sûr ! Les mains déplacées, il les coupes !
— ARMES DU PERSO : Sa langue, ses mots. Clive ne possède aucune arme tout simplement car il se refuse à ce genre de gestes et de violences. Il n'a jamais levé la main sur quoi ou qui que ce soit et jamais ne le fera, il est bien trop gentils pour ça.
— AMOUREUSEMENT : Malheureusement, il préfère ne pas tomber amoureux qui qu'il ne le contrôle pas, car il ne supporterait pas trop une nouvelle rupture à cause de son job... Il faut dire que la jalousie revient vite sur la table, et ça le tue.
— O. SEXUELLE : Clive est du genre à se focaliser sur les sentiments avant le sexe de la personne. Si ces derniers sont là, tout le reste suit. Il a donc déjà été en couple avec des femmes et des hommes. Mais il doit avouer qu'il aime beaucoup les deux partis, donc c'est équitable des deux cotés.

MessageSujet: Re: Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque Dim 6 Avr - 19:49

Roh, non mais, Lyv Tyler quoi  Bave

Bienvenue ici -car je l'ai dit sur la chat box- ! Et bien joué pour ta validation ! En espérant que tu t'amuses par ici. ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
— PSEUDOs : Aspho
— CRIMES RÉSOLUS : 60
— DISPONIBILITÉ RPs :
  • ✓ Disponible
— AVATAR : Liv Tyler
— CRÉDITS : moi and bazzart
— DC&TC : pas pour l'instant

— ÂGE DU PERSO : 27 ans
— NATIONALITÉ : anglaise
— ORIGINAIRE DE : Oxford
— LIEU D'HABITATION : Londres, le manoir de son oncle au beau milieu du quartier le plus huppé de Londres
— MÉTIER : officiellement aucun
— ARMES DU PERSO : sérieux? et bien à part ses beaux yeux pas grand chose....
— AMOUREUSEMENT : comment aimer? Comment aimer et créer du lien sachant qu'à tout moment un être cher peut vous être arraché? Et alors vous vous retrouvez dépossédé de tout, de votre âme, et de votre vie entière. Pour aimer, il faut se reconnaitre. Mais qui est véritablement Asphodèle?
— O. SEXUELLE : j'ai toujours considéré les deux avec autant de bienveillance : les hommes, les femmes....ce sont des êtres humains

MessageSujet: Re: Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque Lun 7 Avr - 7:26

Merci Clive ^^ au plaisir de rp avec toi ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque

Revenir en haut Aller en bas

Asphodèle P. Fauvel ~ La cage est dorée et le temps me manque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» BELGIQUE (La Louvière): cage 14 croisée (griffon) épagneul
» Nuage doré
» La retraite dorée de CHIRAC
» Arrivée de la compagnie de bois doré et de ses compagnons
» L'âme est le seul oiseau qui soutienne sa cage... ( PV Fraise des bois )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I AM SHER—LOCKED. :: Game is Off :: Cemetery :: Divers-